Aniss Boumrigua Rue du Commerce

Votre site est-il assez rapide ? Le temps de chargement des pages web est-il satisfaisant pour vos utilisateur.rice.s ?
La webperf est un enjeu pour le chiffre d’affaires, car des pages qui se chargent rapidement contribuent à améliorer l’expérience utilisateur.rice. C’est même le critère UX le plus important pour les internautes, et Aniss Boumrigua l’a bien compris. Rencontre avec l’IT Manager de RueDuCommerce pour qui maintenir un site rapide fait partie du quotidien.

Fasterize : Pourquoi la webperf doit être au centre des priorités des équipes IT ?

Aniss Boumrigua : Je dirais même que la webperf doit être au centre des priorités de toute l’entreprise ! Pour RueDuCommerce, qui propose un catalogue de plusieurs millions de produits, l’UX doit être optimale. Cela veut dire : la bonne offre au bon prix, et une navigation fluide pour mettre toutes les chances de notre côté afin d’obtenir de bons taux de transformation.

Le sujet des temps de chargement peut sembler relever de la technique, mais il concerne en réalité toute les équipes car il est très lié à l’UX, et l’UX réunit tous les métiers : IT, marketing et business. On voit d’ailleurs le métier de SXO (search experience optimisation) se développer dans beaucoup de structures.

La webperf est donc aussi liée au business ?

A.B. : Oui totalement. La performance web, ou Front-End Optimization (FEO), est stratégique parce qu’elle favorise les taux de transformation et de conversion. Elle relève de l’UX, mais comme c’est encore une discipline relativement nouvelle, beaucoup d’UX designers n’ont pas de connaissances poussées sur ce sujet. Cela est sans doute dû au fait que le trafic sur mobile était plus faible il y a une dizaine d’année. Avec l’explosion du trafic sur mobile, la performance devient un enjeu crucial.

Les connexions sont parfois dégradées, et même si les devices deviennent de plus en plus puissants, ils ont aussi des limites. Le FEO est ainsi né du besoin de s’adresser à ces nouveaux modes de navigation et de consommation.

Comment RueDuCommerce s’est adapté à l’explosion de la navigation mobile ?

A.B. : Jusqu’à septembre 2017, la mesure de la performance  et de l’expérience utilisateur n’était pas optimale. Mais nous sommes depuis, passés à une surveillance quasiment en temps réel. Chez Rue du Commerce, nous avons rapidement compris l’importance d’avoir des temps de chargement optimaux sur tous les devices, nous avons travaillé en nous concentrant sur les KPI suivants : Speed Index, Time To First Byte, Start Render, et Time To Interactive.

En janvier 2018 nous avons amorcé les premières optimisations, ce qui nous a permis d’améliorer nos taux de conversion. Mais cette année-là, une part importante de notre trafic a basculé sur mobile et nous avons dû redoubler d’efforts pour maintenir nos performances. En termes de performances brutes sur mobile, notre Speed Index est passé de 10 000 en septembre 2017 à 2900 en mars 2018, pour atteindre 2000 début 2019.

Face à ce chantier de taille, par quoi avez-vous commencé ?

A.B. : Nous pensions que les Third Parties et la publicité avaient une forte contribution à la lenteur du site, alors que nous devions revoir l’optimisation du site dans son ensemble. Pour détecter ces problèmes, nous avons sollicité Fasterize qui nous a fait monter en compétence grâce à un accompagnement qui nous a permis de développer notre technique et nos connaissances. Nous avons alors compris qu’il n’y a pas de formule miracle, mais que la webperf, c’est une multitude d’actions qui doivent s’articuler intelligemment pour fonctionner ensemble.

Nous avons en premier lieu nettoyé le code pour que lorsque le navigateur reçoit une page, il y ait le moins de résolutions DNS possible, des ressources minifiées et concaténées (JS, CSS, images…). Nous avons aussi procédé à des optimisations côté serveur en passant à HTTPS puis HTTP/2, nettoyé les headers pour accélérer encore le chargement des pages…

Speed Index Rue du Commerce

En moins de 2 ans, vous avez alors réussi à sensibiliser toutes les équipes à la webperf ? C’est impressionnant !

A.B. : Le Comité de Direction a priorisé la Webperf avec mesure de ROI à l’appui, montrant la corrélation entre temps de chargement et taux de transformation. Nous nous sommes mis en ordre de bataille pour remonter dans le classement JDN avec le succès que l’on connaît maintenant, côté IT comme côté marketing (ndlr RueDuCommerce est en tête du classement webperf du JDN depuis 2018). Dorénavant, quand les équipes marketing, produit ou AMOA ont de nouveaux projets, elles nous consultent en amont sur les aspects webperf pour que nous puissions les orienter.

Classement JDN Rue du Commerce

Nous avons par exemple ajouté des vidéos à nos fiches produit. L’intégration initiale était très lourde avec des librairies JS qui avaient un impact sur les temps de chargement de la page. Nous avons donc travaillé sur une intégration alternative et nous nous sommes organisés pour privilégier des solutions server-side (côté serveur) pour faciliter la récupération et le traitement des données sans impacter le chargement des pages. Pour le développement de ce produit, IT et marketing ont travaillé main dans la main, conseillés par Fasterize pour réunir toutes les compétences sur des sprints très courts. Grâce aux outils de reporting webperf et au travail en continu sur ce sujet, je ne peux même plus parler de ressources dédiées webperf tant elle fait partie de l’ADN de l’ensemble des équipes de RueDuCommerce.

On entend aussi de plus en plus parler de l’impact de la webperf sur le SEO. Qu’en est-il pour RueDuCommerce ?

D’après les experts Google, il y a un lien entre webperf et SEO et il peut y avoir un impact sur le ranking. Un site lent peut être pénalisé. A l’inverse, si un site est rapide, l’utilisateur.rice est satisfait.e et a donc plus de chances d’y revenir, ce qui améliorera son classement dans les SERP. Mais je pense qu’avant tout, il faut s’occuper de la vitesse d’affichage des pages pour les utilisateur.rice.s et pas uniquement pour Google - exactement comme on optimise ses contenus pour les lecteur.rice.s et pas uniquement pour les moteurs de recherche.

Pour RueDuCommerce, l’un des effets que nous avons pu mesurer en améliorant nos temps de chargement, c’est l’augmentation des crawls :

SEO Crawl Google Rue du Commerce

Depuis quelques années on voit que Google œuvre pour un web plus rapide en mettant en avant le développement des Progressive Web Apps.

Les navigateurs modernes (Chrome, Firefox) se développent constamment pour proposer des technologies permettant le développement de sites optimisés. Le support des services workers en est la preuve.

Selon vous, quelle est la meilleure solution pour organiser des équipes autour de la webperf ?

A.B. : La notion de coût est à prendre en compte. RueDuCommerce dispose d’un département IT dans lequel des ingénieur.e.s, développeur.se.s travaillent sur la webperf et nous faisons beaucoup d’optimisations en interne.

C’est un investissement constant et un travail de veille et de formation continue qui n’est pas anodin. Le secteur est en constante évolution, et ce qui est en vigueur actuellement ne le sera peut-être plus d’ici quelques années. Il faut sans cesse se tenir à jour. Mais pour beaucoup d’entreprises qui n’ont pas les ressources ou le budget, s’équiper d’un outil d’automatisation reste très intéressant. En ce qui concerne Fasterize par exemple, le client n’a rien à installer sur ses propres serveurs, et la solution est totalement malléable. Elle fonctionne comme un CDN. Je dirais que si on est à l’aise avec un CDN, on peut être à l’aise avec une solution d’automatisation des optimisations webperf comme Fasterize.

Vous voulez en savoir plus sur les impacts de la webperf pour votre stratégie digitale ?
Rendez-vous ici :

Je télécharge le livre blanc


Hello SMX Paris !