case study Fasterize

Appartenant à un marché particulièrement concurrentiel, ce leader mondial en cosmétique a pour objectif d’affirmer sa position en proposant à ses clients un site en ligne performant et une expérience utilisateur optimale.
Connaissant les freins que représentent un site lent (81% des internautes français réfléchiraient à 2 fois avant d’acheter sur un site lent), la marque a choisi d’inclure la vitesse de ses sites dans sa stratégie.

Bien que cela évolue doucement, rares sont les équipes marketing à avoir conscience des bénéfices de la webperf.
En choisissant de miser sur ce projet, ce leader s’assure que le taux de conversion sera le meilleur possible lors de ses actions marketing et que son site web est en mesure de tenir la charge lors des pics de trafic.

Afin de pallier la surcharge de travail de l’équipe technique (le développement des optimisations webperf nécessitent de l’expertise et demandent du temps lors de sa mise en place et de son maintien), ce leader a choisi d’externaliser ce projet en faisant appel à Fasterize.

3 objectifs

  • technique : avoir un site performant
  • d’image : cultiver l’image de marque par la performance
  • et bien sûr business : augmenter le taux de conversion

7 KPIs clés

Dans le but d’évaluer le succès de l’opération et décider de son déploiement à l’international, 7 métriques ont été suivies.
2 métriques techniques :

  • le Start Render (moment où la page blanche laisse place aux premiers éléments de la page web)
  • le Speed Index (rythme auquel apparaissent les éléments au-dessus de la ligne de flottaison)

… et 5 métriques business :

  • le taux de conversion desktop
  • la valeur du panier moyen
  • le nombre de pages vues par session
  • le temps moyen d’une session
  • le taux de rebond

4 étapes de mise en place

1. La recette du site optimisé
Après quelques vérifications et ajustements, la configuration de la boutique en ligne a été adaptée jusqu’à obtenir les meilleures performances possibles.
(La recette est toujours réalisée sur un nom de domaine test afin de ne pas perturber le site en production.)

2. Le branchement d’un site pilote
L’aspect technique étant validé, un premier site a été branché afin de mesurer l’impact business de ces nouvelles optimisations. Le premier site web de l’entreprise à avoir été optimisé a été la boutique américaine de la marque.
Pendant 8 semaines un test A/B a été mené. Cette durée était nécessaire pour la stabilisation des résultats. Nous avons ainsi pu vérifier que le test A/B était fiable et que le résultat était bien corrélé à l’optimisation du site.

3. L’analyse des résultats et du ROI
Les équipes marketing ont analysé l’ensemble des données et le ROI de l’opération afin de déterminer la pertinence de développer ce système à l’international.

4. Le déploiement sur un périmètre international
Le ROI est validé. La solution est donc maintenue sur le site américain et est déployée sur les sites canadien, français, allemand et chinois.

Les résultats en quelques chiffres

Les mesures techniques ont été faites sur 3 pages clés du site représentant la majorité du trafic.
Les mesures business ont, elles, été faites lors du test A/B et concernent donc l’ensemble des utilisateurs du site pilote.
dashboard webperf cosmeto

Sur les métriques techniques, le Start Render a été amélioré de 19% et le Speed Index de 15%.

En ce qui concerne les métriques business :

  • le taux de conversion sur desktop a augmenté de 16%,
  • la valeur du panier moyen est en progression de 1,7%,
  • le nombre de pages vues par session a augmenté de 3,8%,
  • le temps moyen d’une session a augmenté de 6%,
  • le taux de rebond a quant à lui baissé de 3,4%.

D’un point de vue commercial et marketing, ce projet a en l’espace de quelques semaines pleinement porté ses fruits et a permis d’améliorer l’ensemble des métriques que l’équipe marketing a l’habitude de suivre.
Maintenant que leurs sites sont optimisés, les équipes marketing ne se soucient plus de la vitesse du site et peuvent se concentrer pleinement sur leurs actions promotionnelles.

Et vous ? Où en êtes-vous ? Connaissez-vous vraiment la vitesse de votre site web ?
Et s’il pouvait être amélioré ?