L’IETF (Internet Engineering Task Force) a annoncé le 18 février dernier avoir arrêté les spécifications finales de HTTP/2. Ce nouveau protocole avait pour point de mire l’accélération du web. Une bonne chose pour la webperf ! Nous avons donc accompagné les sites Internet dans leur transition vers HTTP/2.

Les grandes avancées de HTTP/2

Avec la finalisation de HTTP/2, le déploiement a démaré en début d’année 2016 et est désormais déployé sur la majorité des navigateurs.

Les changements majeurs de ce nouveau protocole sont :

  • la compression des headers des requêtes et des réponses : La bande passante est réduite
  • le multiplexage des requêtes au serveur : on économise l’établissement de multiples connexions entre le client et le serveur.Les requêtes sont effectuées simultanément, sans aucune limite, par le navigateur. En ce sens, une ressource à faible priorité (par exemple une image) ne bloque plus une ressource plus prioritaire (tel qu’un CSS).
  • le push des ressources du serveur au navigateur : avant même que celui-ci ne les demande (par exemple le serveur envoie les CSS et JS référencés dans une même page avant que le navigateur ait analysé celle-ci).

Fasterize a déployé HTTP/2 sur son moteur

Fasterize a activé HTTP/2 sur son moteur par défaut, il y a plusieurs mois déjà. Comme on peut le voir sur l’image ci-dessous, HTTP/2 permet le téléchargement de toutes les ressources en parallèle.
http1vshttp2
Cette étape intermédiaire a permis aux sites que nous optimisons de passer en douceur vers le nouveau protocole HTTP/2 et de voir leurs pages se charger plus rapidement, sans aucune modification supplémentaire.
Dans ce même exemple, les gains sur le temps de chargement et le Speed Index sont loin d’être négligeables (respectivement -14% et -30%).


Hello SMX Paris !