Google Lighthouse score

Pour mesurer vos temps de chargement ou une analyse de votre performance web (webperf), vous êtes nombreux à utiliser l'outil gratuit PageSpeed Insights et à observer la note obtenue. C'est un indicateur de la qualité de votre expérience utilisateur. Mais au fait, comment ce score est-il calculé ? Que signifie d’atteindre une note de 50, 70 ou 90, et est-il possible d'atteindre 100 ? Voyons comment Google fait ses comptes.

Lighthouse, une lumière dans la nuit 

Nous avons déjà exploré les rouages de l'outil Test My Site mis à disposition par le célèbre moteur de recherche, faisons de même avec PagesSpeed Insights. Pour une analyse approfondie du sujet, nous avons aussi consacré un webinar à cet outil, dont vous pouvez retrouver la présentation ici ; et nous suivons de près les évolutions que nous partageons régulièrement dans notre newsletter mensuelle.

Depuis 2018, le score remonté par PageSpeed Insights est celui calculé par Lighthouse, soit une mesure synthétique

Voici les indicateurs webperf collectés par Lighthouse, données qui entrent dans le calcul du score PageSpeed Insights (le poids de chaque métrique et son évolution selon les versions est précisé dans cet article) :

  • Largest Contentful Paint (LCP), qui évalue le temps nécessaire pour afficher le plus grand élément visuel (texte ou image) sur une page (cette métrique fait partie des Core Web Vitals).
  • Total Blocking Time (TBT), qui évalue les périodes pendant lesquelles la page ne peut pas répondre aux interactions. Plus précisément, il s'agit d'un cumul des périodes pendant lesquelles le Main Thread est bloqué par des Long Tasks (tâches qui ont besoin de plus de 50 ms pour être exécutées).
  • First Contentful Paint (FCP), qui évalue le moment où le tout premier élément défini dans le DOM (hors iframes) est rendu par le navigateur (au sens technique, et non au sens affichage), et ce à n'importe quel endroit de la page.
  • Speed Index, qui évalue la vitesse de chargement des éléments de contenu au-dessus de la ligne de flottaison.
  • Cumulative Layout Shift (CLS), qui évalue la fréquence à laquelle des changements de mise en page se produisent de façon inattendue pour les utilisateurs pendant le chargement de la page par le navigateur.
  • Time To Interactive (TTI), qui évalue le temps qu'il faut à une page pour devenir interactive de façon durable et sans latence.

En testant l’URL d’une page web, PageSpeed Insights délivre en premier lieu un score compris entre 0 et 100, pour mobile et pour desktop. 2 onglets permettent de passer de l’un à l’autre en haut à gauche de la page de résultats qui affiche par défaut le score mobile.

Une fois que la note s'affiche, comment savoir où se situer ? C’est simple : de 1 à 49 la page est considérée comme lente, de 50 à 89 elle est considérée comme moyenne, et de 90 à 100 elle est considérée comme rapide (si le résultat est 0, Lighthouse a probablement rencontré un bug).

Cette échelle de valeurs a été calibrée selon les mesures collectées par HTTP Archive sur les plus gros sites dans le monde. 100 est le meilleur score possible, représentant le 98ème percentile ; un score de 50 représente le 75ème percentile. Autrement-dit, avoir un score de 50 revient malgré tout à faire partie des 25 % des sites les plus performants… Pourtant la couleur orange induit un biais cognitif qui laisse penser que c’est moyen, voire mauvais.

Scores PageSpeed Insights - Google

Il est rare d’obtenir un bon score du fait de la méthodologie de calcul employée qui envisage toujours le pire des cas. Plus précisément : le score mobile proposé par défaut est souvent moins bon que celui du desktop car la webperf sur mobile est plus difficile à optimiser. En effet, les contraintes réseau sont plus fortes sur mobile, et leur puissance de calcul moins élevée que celle d’un ordinateur desktop. Aussi, sachez que PageSpeed Insights simule une connexion 4G bien plus lente qu’une bonne partie du réseau en France.

En testant plusieurs fois une même page, le score PageSpeed varie. Pourquoi ? 

Vous avez testé plusieurs fois la même page, mais vous avez un résultat différent à chaque fois ? Comme l’explique Google sur son support, le score Lighthouse / PageSpeed Insights peut varier car à chaque test les conditions peuvent être différentes : qualité du réseau, scripts tiers, publicités… Il y a aussi une limite due au fait que Lighthouse ne prend qu’une seule mesure, or pour toute donnée statistique il convient de prendre plusieurs mesures, justement pour écarter les risques d’aberration. 

PageSpeed Insights : un système de notation sévère mais juste

Ainsi, un score considéré comme moyen ou mauvais ne veut pas dire que le site est inutilisable, loin de là ! Pour preuve, voici les 20 premiers sites du classement webperf mobile du mois de juin 2019, avec pour chacun le score PageSpeed Insights de la homepage indiqué dans la colonne de droite.
70 % ont un score moyen, seuls 3 d’entre eux sont au-dessus de 90, et certains sont mêmes en-dessous de 50, alors que tous font partie du Top 20 webperf mobile des sites français les plus visités. Comme nous venons de le voir, les scores peuvent varier d’un test à l’autre, ainsi ceux affichés dans le tableau ci-dessous restent une image à un instant T mais permettent de donner un ordre d’idée. Si vous souhaitez sécuriser la validité du score, mieux vaut multiplier les tests et obtenir une médiane des scores, vous pouvez même facilement automatiser cette tâche :

Palmarès Site web Score Webperf Speed Index Score PSI
1 Service-Public.fr 1458 1788

72

2 Wikipedia 1580 1797

93

3 Ouest France 2136 2603

72

4 Bing 2189 2212

94

5 Le Monde 2231 2147

78

6 YouTube 2258 2352

57

7 RTL 2342 2708

75

8 PayPal 2342 2608

81

9 franceinfo 2350 2720

71

10 Google 2351 2763

96

11 Groupon 2522 2443

64

12 Twitter 2625 2527

57

13 PagesJaunes 2739 3192

70

14 Cdiscount 2756 2268

62

15 Météo France 2780 3009

56

16 Amazon 2882 2101

44

17 France Televisions 3135 3061

40

18 La Redoute 3555 3905

79

19 eBay 3681 3262

65

20 Booking.com 3761 2926

48

Avec son outil PageSpeed Insights, Google propose ainsi un système de notation sévère qui pousse à l'optimisation des performances - et c’est une bonne chose ! En effet, s’il ne faut pas le prendre au pied de la lettre (ou du chiffre), il invite malgré tout à réfléchir aux moyens d’améliorer la vitesse de chargement de son site web, pour une meilleure expérience utilisateur, et pour soutenir sa stratégie SEO. Un score “dans le rouge” indique qu’il faut se pencher sur les optimisations webperf dont le site a besoin - et c’est justement notre cœur de métier, notre moteur permet d'optimiser tout votre code et toutes vos ressources automatiquement et à la volée (images, fichiers CSS, HTML, JavaScript... pour mobile et pour desktop).

Dans notre second volet PageSpeed Insights : comprendre et exploiter les recommandations 2/2, voyons comment interpréter les autres indicateurs proposés par PageSpeed Insights, et que faire des recommandations mentionnées dans les différentes sections de la page de résultats.

Vous souhaitez en savoir plus sur les indicateurs webperf
et approfondir vos connaissances sur les métriques incontournables ?

Télécharger le livre blanc

 


Hello SMX Paris !